Un peu de douceur…dernières roses de décembre

Elles se balançaient sous le vent et la pluie, m’accompagnant à chaque passage, occupée à débarder le grand pin qui a rendu les armes.

Poustinia, un rosier à bouquets, créé Par Orye Jef en 1994, doucement parfumé

Consolation, il nous accompagnera à la pépinière, pas avec ses grands cônes mais avec son tronc, fort et puissant. Sièges ou étal en fonction des créations grès et céramiques, des compositions.

L’ombre tamisée est passée à la lumière. Heureusement l’été venu, le gleditsia rassurera les belles d’ombres qui vivent sous ce grand pin.

De nombreuses zones du jardin sont  ainsi interrogatives.

Tempêtes et sécheresse, j’ai appris à vivre avec vous!

Corolles crème d’une Poustinia épanouie contre pluie et vent

Fataliste mais toujours battante.

Mon combat ne se fait désormais que les mains dans la terre… mais aujourd’hui plus que jamais.

Avec aujourd’hui plus de petites victoires.

Mes cultures vivrières sont sans aucun doute la plus belle.

Ma production de vivaces une bien sympathique.

Tiens Marie Pavie avait, elle aussi envie de prolonger la fête avec ses charmants petits boutons, c’est une habituée irrésistible

Reproposer mes bouquets du jardin sur commande est aussi un acte symboliquement  fort et tellement plaisant que je ne vais pas m’en priver.

Des fleurs de saison, locales, sans chimie…le plus belles, les plus parfumées.

Peut être qu’au moment où fleurissent les Amap pour se nourrir , on pourrait aussi arrêter d’acheter les roses et les fleurs de la chimie , venues de l’autre bout du monde aux dépends de la vie et de la santé de ceux qui les cultivent.

Aller au bout  du raisonnement…pour moi je crois que ça a été assez facile, le médecin que je suis, ne supporte pas ni la maladie ni la mort (je les ai fréquentées de trop prés) aux causes induites. Ses roses en sont devenues  un symbole dans mon esprit.

Le lamier qui au final s’en sort bien …aujourd’hui pas de soupe!

Hier un ami, qui travaille dans la grande distribution, me disait que j’avais raison, que cette fois on allait y venir.

Puisse la raison l’emporter.

Temps « chahutés »où finalement il m’est difficile de parler que des belles qui étaient l’objet de mon post du matin.

Même les dianthus barbatus , les œillets de poète pour rigoler avec les pâquerettes des érigerons
et moi l’aucuba , je suis tellement mal aimé avec ma réputation triste

Belle journée …au jardin!

Que la raison et la sagesse l’emportent…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.