CARNET NOIR : scolyte et sécheresse

Depuis 2 ans, le changement climatique fait des dégâts considérables dans le jardin.

Auparavant il était notable mais là nous avons clairement passé le seuil de résistance.

les scolytes à l’oeuvre

Nous avons toujours plusieurs arbres à tronçonner dans notre programme.

Et la question est : qui va résister?

le conifère n’est plus que poussière après le passage des scolytes

Hier j’ai fait la rencontre de la larve de scolyte dans un pin noir d’Autriche , planté il y a 30 ans sur les conseils d’un pépiniériste reconnu mais peu avisé ou tout banalement mercantile. A cette époque je prenais conseils et je faisais confiance…je vous raconterai dans un autre post , il n’était pas le seul .

Attaque de scolytes vraisemblables sur le cryptomeria fragilisé

Les conifères du jardin paient un large tribu au réchauffement climatique depuis 2 ans . Certains ont grillés sur place cet été.

Cryptomeria affaibli par la sécheresse.

Adieu Metasequoia glyptostoboides, Sciadopitys vertillata, certains Cryptomerias, Cupressus ,Cupressocyparis… Une hécatombe.

Je tremble pour les autres , en essayant de me réconforter avec leurs origines.

Les tempêtes et les pluies intenses par épisodes achèvent le travail pour déraciner les fragilisés. Les feuillus ne sont pas épargnés .

Tous les arbres au fond du tableau ont disparus: Zelkova, Aesculus, Acer. Les feuillus aussi paient un lourd tribu au réchauffement climatique.

J’ai perdu de magnifiques sujets notamment un magnifique Zelkova serrata il y a 3ans . Je ne voulais pas tronçonner son tronc affalé dans un massif, pas envie de le quitter . C’est une erreur à ne pas commettre car dans la zone dévastée par la chute ,s’invitent les ronces qui deviennent très vite inextricables.

Nous avons vu se coucher d’un jour à l’autre des massifs de petits arbres vraisemblablement par rétraction de l’argile.

Le jardin change de physionomie. Après deux ans de sidération, j’ai recommencé à planter cette année. Pour l’instant des fruitiers pour parfaire notre autonomie.

Tout le massif haut arboré au fond à gauche n’existe quasiment plus : Zelkova, Acer, Aesculus ont été déracinés lors de tempêtes après avoir été fragilisés par la sécheresse, seul le chamaecyparis pendula continue à prendre de la hauteur, le carpinus japonica et le crataegus ont été mutilés par la chute des autres arbres entre autres.

Chaque jour au jardin je fais face aux conséquences du changement climatique, impossible d’accepter l’insouciance avec laquelle on aborde le problème global sur le plan mondial et humain avec ses conséquences à courts termes maintenant à n’en pas douter.

Et pendant ce temps la presse médicale gratuite la plus inféodée à la société capitaliste , titre :l’Homme Malade de son environnement…Croyez-moi si même eux l’affiche, il y a urgence tout azimut!

Jardinier et médecin toujours …heureusement qu’il y a l’optimisme du rouge-gorge qui ne me quitte pas d’une semelle…enfin ils sont plusieurs à s’y mettre!

Une réflexion sur « CARNET NOIR : scolyte et sécheresse »

  1. Je ne l’héberge pas encore celui-ci…mais cela ne tardera pas. Ici aussi tous ces arbres qui paient leur tribut aux sécheresses consécutives, m’ont fait douter. Et cette année pourtant, je suis repartie, et me voilà en train de planter, planter pour conjurer le sort. Observer ceux qui résistent. Espérer…
    Des bises Sylvie la bien nommée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.